Actualités

la rémission grâce à un traitement intensif  ? 

Un traitement précoce par insuline permettrait à 40 % des diabétiques de type 2 d’interrompre leur traitement.

Pourra-t-on, dans un avenir proche, arrêter de prendre des médicaments lorsque l’on est diabétique de type 2? C’est la question à laquelle tente de répondre une étude menée par une équipe canadienne. Les chercheurs de l’Institut de recherches cliniques de Montréal proposent de tester chez des patients, diabétiques depuis moins de cinq ans, un traitement intensif associant des injections d’insuline à la prise de deux médicaments antidiabétiques, le tout accompagné de mesures hygiéno-diététique. Au terme de douze semaines de ce traitement de choc, ils évalueront combien de patients sont capables de se passer de traitement, et pendant combien de temps.

Le lancement de cette expérimentation fait écho aux résultats d’une étude qui a démontré, sur 83 patients, qu’une stratégie associant pendant 16 semaines des mesures hygiéno-diététiques exigeantes à des antidiabétiques oraux et de l’insuline permet d’obtenir une rémission du diabète chez 40 % des patients plus de trois mois après l’arrêt des médicaments. Menée en Ontario, elle a été publiée le 15 mars sur le site de la revue The Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism. «Ces résultats confortent une notion assez récente de réversibilité potentielle du diabète, explique le Pr Michel Krempf, diabétologue au centre hospitalier de Nantes. Elle s’est notamment développée à la suite des résultats spectaculaires de la chirurgie bariatrique. En effet, en faisant maigrir, très rapidement, des diabétiques de type 2, on a constaté une rémission de la maladie. A fortiori lorsqu’on intervenait précocement dans l’histoire de l’apparition du diabète.»

Surveiller son poids

Chirurgie bariatrique ou régime assorti d’un traitement médicamenteux intensif visent le même objectif : mettre le pancréas au repos. Cet organe qui sécrète l’insuline, chargée de maintenir un taux de sucre normal dans le sang, s’épuise au fur et à mesure de l’évolution de la maladie. «L’hyperglycémie aggrave les deux caractéristiques à l’origine d’un diabète de type 2: la résistance à l’insuline et le déficit de l’insulinosecrétion. Normaliser la glycémie améliore les deux», souligne le Pr Alfred Penfornis, diabétologue au Centre hospitalier sud francilien.

L’idée d’une possible rémission du diabète apparaît séduisante. Mais est-elle réaliste ? Il faudra attendre les résultats de l’expérimentation lancée par l’équipe de Montréal pour avoir une certitude. Car, pour le moment, les résultats présentés par la revue américaine d’endocrinologie ne sont pas concluants. «Les bénéfices ne sont pas garantis et les patients reprennent du poids. Ce qui suggère qu’ils pourraient perdre tous les avantages de ces efforts», analyse le Pr Gérard Reach, diabétologue à l’hôpital Avicenne de Bobigny.

Ne pas reprendre de poids après avoir maigri est sans conteste l’un des éléments clés de la réussite d’une rémission de la maladie diabétique sur le long terme. Or c’est aussi ce qui semble le plus difficile. Même après une chirurgie bariatrique, la reprise de poids n’est pas exceptionnelle.

Source

Afficher plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité