Actualités

Lutter contre le diabète avec Lucky Luke  

Un jeu vidéo sponsorisé par la Fédération française des diabétiques propose de remonter la piste du diabète avec Lucky Luke.

Et si Jolly Jumper, Rantanplan et les frères Dalton pouvaient nous en apprendre plus sur le diabète de type 2? C’est l’ambition de la société Zippyware, spécialiste de l’éducation en santé numérique, qui vient d’annoncer la labellisation Medappcaredu jeu vidéo «Rififi à Daisy Town», créé en collaboration avec l’Association française des diabétiques (AFD). Le jeu, dans lequel on se met dans la peau du cow-boy créé par Morris, marque la première étape d’une large campagne de communication dont le but est de réduire le risque de diabète ou le délai de diagnostic chez les malades qui s’ignorent.

Sensibilisation primaire

Disponible gratuitement sur le site de l’AFD et les stores Apple et Google Play, «Rififi à Daisy Town» est un jeu à destination du grand public. «Parmi les 4 millions de personnes souffrant du diabète, 700,000 sont des malades qui s’ignorent. Ce sont surtout ces personnes que nous essayons de toucher», affirme Hélène Leray, directrice associée de Zippyware. Le diagnostic du diabète de type 2 tombant souvent tardivement, le jeu a pour but de sensibiliser la population générale au risque de développer la maladie, «qu’il soit personnel ou en lien avec les habitudes de vie», précise Zippyware.

Ainsi, on est plongé dans une ville de Daisy Town en proie à une épidémie dont on ignore tout, ou presque. Dans la peau du fameux cowboy, on remonte la piste du diabète à travers des activités divertissantes et instructives. Confectionner des repas équilibrés avec Averell en sélectionnant les éléments qui les composent, s’adonner à une séance de claquettes sportive avec les danseuses du Saloon à l’aide des touches directionnelles du clavier ou attraper des plats que consomment les habitants de la ville avec le lasso… Ces activités servent de cadre ludique pour faire passer le message ‘’vous pouvez agir sur votre santé’’, affirme Laura Phirmis, responsable du service information diabète à l’AFD.

«L’idée, c’est de faire comprendre aux gens quels sont les facteurs de risque non modifiables (âge, antécédents familiaux, glycémie élevée) et ceux sur lesquels on peut agir (surpoids et sédentarité), notamment grâce à la pratique d’une activité physique et une alimentation équilibrée», poursuit-elle.

«Apprendre en s’amusant»

En France, 4 millions de personnes sont touchées par le diabète de type 2. Depuis son lancement, en janvier 2016, le jeu rencontre un succès notable: «il compte aujourd’hui plus de 16,000 joueurs. Principalement des utilisateurs uniques», se félicite Hélène Leray. «La moitié d’entre eux ont moins de 20 ans», poursuit-elle. «Nous nous rendons compte que nous touchons des populations auxquelles on ne songerait pas spontanément lorsqu’on parle de diabète de type 2, ce qui est assez encourageant», reconnaît Laura Phirmis.

Au début et à la fin du jeu, l’utilisateur a la possibilité de répondre à un questionnaire qui permet de donner son ressenti sur ce qu’il a appris au cours du jeu et s’il s’estime satisfait. D’après une enquête menée sur 528 participants à partir de ce questionnaire, 82.3% des utilisateurs ayant joué au jeu en savaient plus sur ce qui favorise l’apparition du diabète après la partie. En outre, 88% le trouvent utile et 87.9% amusant. «Cela montre que les gens apprennent en s’amusant», se réjouit Hélène Leray.

Source

Afficher plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close